Note de politique générale 2013-2018

 » Durant cette législature, en toute logique, nous vous proposons de mettre en oeuvre une gestion communale dans la continuité de ce qui a été fait au cours des 6 dernières années, c’est-à-dire une gestion communale axée sur des projets adaptés et à l’échelle de notre commune rurale et forestière.
Dans la foulée de ce qui nous avons mis en œuvre au cours de la législature précédente, nous comptons essayer de trouver des solutions originales pour répondre aux besoins de la population de notre commune, et cela, tant que faire se peut, sans générer des frais de gestion supplémentaires et si possible, avec un maximum de financement régional ou provincial.
De manière particulière, voici un aperçu de ce que devrait être la politique de notre commune.  « Ce que devrait être », car il est évident qu’à ce jour, aucune commune ne peut être assurée d’obtenir dans un avenir proche les aides régionales nécessaires à la mise en œuvre de projets d’envergure.
Au niveau de la gestion de notre commune au quotidien, nous comptons terminer le long travail de remise à niveau des bâtiments communaux : remise en couleur, isolations thermique et acoustiques, réfection des toitures,… Dans la  foulée  de ce travail au niveau de la consommation énergétique des bâtiments communaux, une réflexion sera menée afin de mettre au point une gestion contrôlée du chauffage de ces derniers, et cela un peu à l’image de ce qui a commencé à être mis en œuvre au niveau du contrôle du fonctionnement du réseau de distribution d’eau.  Toujours dans le même ordre d’idées, un but à atteindre au niveau de la gestion des bâtiments et installations communales, un but à atteindre est de mettre en place un cadastre décrivant l’état de ceux-ci ; un cadastre qui permettra de programmer à bon escient les futurs travaux d’entretien et/ou d’amélioration.
Une attention toute particulière sera apportée aux investissements à réaliser au niveau de notre service des eaux, et cela afin de répondre au mieux aux exigences qualitatives et quantitatives de la  Région Wallonne.  Les prochains mois seront consacrés à mener à terme le remplacement des derniers raccordements au plomb existant encore ci et là sur notre réseau.  Ensuite, nous nous attacherons à expérimenter des solutions au problème du PH, des solutions bien évidemment adaptées à la taille des 12 réseaux de distribution d’eau de notre commune, mais surtout adaptées à la capacité financière de notre commune.
Au niveau culturel, notre politique sera axée d’une part sur l’utilisation par le Conseil Culturel du Centre d’Interprétation de la Maison Languiller comme outil culturel centralisateur de notre commune et d’autre part sur une aide accrue aux différentes  écoles maternelles et primaires de notre commune, entre autre par exemple, par l’installation d’ordinateurs dans les différentes implantations de l’école communale.
Au niveau social, outre la mise à disposition au CPAS des moyens nécessaires à son travail d’aide et d’action sociales, nous comptons  aider la Fourmillère dans son travail de centralisation de ses activités  dans les locaux de l’ex-INDG ; locaux  gracieusement mis à la disposition de la Fourmilière par la commune (par une convention à valider prochainement au conseil communal).
Au niveau sportif, en plus de l’aide au quotidien que la  commune apporte depuis longtemps aux différents clubs sportifs de notre commune, nous espérons d’une part, pouvoir lancer les travaux de transformation du hall de la Morie.  Mais pour cela, il faudra que la Région Wallonne débloque les subsides nécessaires.  Et d’autre part, nous allons lancer dès ce printemps, l’étude d’un bassin didactique à l’usage des écoliers et de futurs cours d’aquagym.
Au niveau économique, l’accent sera mis  sur le dossier ultra important d’extension de la zone d’activité artisanale de la Gare ; dossier qui fort heureusement semble se déloquer au niveau de la DGO3.  Dans ce dossier comme dans d’autres, nous travaillerons de manière active et proactive avec le BEP expansion économique.  Entre autre via la tenue de réunions trimestrielles visant à suivre au plus près les différents dossiers suivis par le BEP pour le compte de notre commune.  Toujours au niveau économique, de nouvelles impulsions seront données au niveau du tourisme local ; des impulsions par exemple au niveau de l’utilisation du site de la Tour du Millénaire comme « accroche touristique » ; comme par exemple la programmation ou l’aide à la mise en œuvre d’évènements culturels, sportifs ou festifs sur notre commune ; comme par exemple également, la programmation d’expositions dans le centre d’interprétation  de la  Maison Languillier; etc..  Egalement au niveau économique, des efforts tant financiers que d’organisation, seront faits pour encore améliorer le service rendu au monde agricole par l’abattoir communal.
D’autres nombreux gros dossiers seront également étudiés puis  mis en œuvre au cours de cette législature.  Parmi ceux-ci par exemple: l’avenir des installations de la cogénération ; idem l’avenir des bâtiments de l’ex-Lycée de la Communauté Française ; l’agrandissement des bâtiments de l’administration communale entre autre afin d’y installer un ascenseur et un réfectoire ; la création de lagunages pour traiter les eaux à la sortie des égouts communaux non reliés à une station d’épuration ;…
Pour répondre aux questions  posées par ces dossiers hors du commun, une attention toute particulière sera apportée à la participation citoyenne et cela d’une part, via une information la plus complète possible dans le BIC et d’autre part, via des consultations ou des réunions citoyennes qui permettront aux uns et aux autres de participer à ce travail de réflexion et pour finir, via le travail de la CLDR qui aura la lourde tâche d’apporter la touche finale au PCDR de notre commune ; PCDR qui devra ensuite recevoir l’aval du conseil communal avant que d’être envoyé pour accord en vue de subsides à la Région Wallonne.
Cette législature qui verra également la mise sur rail de la zone de secours Dinaphi et la remise en location des chasses, sera donc bien chargée de dossiers divers et variés.
Mais comme je le mentionnais en guise de préambule, les premiers mois, voire les premières années de cette législature seront sans doute des années de ralenti au niveau des aides financières régionales.  L’occasion pour notre commune, de peaufiner ce qui peut l’être sans aide régionale.  »  Le bourgmestre Vincent Massinon au conseil communal du 27 février 2013