Question publique au conseil communal du 27 février 2013

Question de M. Robert Henrot: La commune a-t-elle répondu à l’appel à projet concernant la propreté publique et les déchets sauvage 2012 valable jusqu’au 31 janvier 2013 ?  Si oui : Quelles sont les actions envisagées? Avec quel budget et quel partenariat? Est-il envisagé de faire appel aux associations, aux citoyens, aux enfants?  Les agents communaux qui ramassent les dépôts clandestins sont-ils formés à la recherche d’éléments permettant d’infliger une amende administrative?  Si non :  Pour quelle raison ?  N’était-ce pas une excellente occasion de sensibilisation ?  Pensez-vous que tout a été fait dans ce domaine (notamment les quelques étudiants engagés à ramasser les détritus pendant les vacances), que cet appel à projet ne vous concerne pas, la commune de Gedinne ne souffre pas de ce genre de pollution ?  Quelle est votre politique en ce domaine?

Réponse publique du bourgmestre:  « Nous n’avons pas répondu à l’appel à projet en question principalement parce que la commune de Gedinne a déjà mis en place depuis longtemps et encore plus ces dernières années, beaucoup de choses dans le cadre de la problématique de la gestion de la propreté publique.

A titre d’exemple :

– chaque lundi, une équipe d’ouvriers communaux est chargée de vider les 90 poubelles qui se trouvent dans nos villages ;

– très régulièrement, des bords de route à l’extérieur des villages sont nettoyés par les ouvriers chargés de l’entretien de la voirie ;

– chaque samedi d’avril à octobre, des étudiants nettoient des bords de route dans le cadre de travaux d’étudiants et cela sous la direction de l’Office du Tourisme ;

– pendant les 2 mois de vacances, d’autres étudiants sont affectés 5 jours par semaine au nettoyage des accotements ;

– depuis 6 ans, de nombreux dépôts clandestins, en fait tous ceux qui nous ont été renseignés ou que la Commune connaissait, ont été nettoyés par les services communaux.  Quand il a été possible de le faire, des PV ont été dressés par la police de proximité et cela sur base d’indices repérés par les ouvriers communaux à qui il est demandé d’être attentifs à tout ce qui peut aider à l’identification des auteurs de l’infraction;

– de la même manière, de nombreuses épaves de caravanes ont été renseignées à la Police de proximité qui s’est chargée de prendre contact avec les propriétaires pour les mettre en demeure de les évacuer ;

– idem la commune a aidé à l’évacuation des milliers de pneus qui traînaient autour du circuit de motos ;

– au niveau de la qualité de nos cours d’eau, un suivi en est assuré par les contrats de rivière Haute-Lesse et Haute-Meuse auxquelles participe notre échevin de la forêt ;

– de manière très régulière, des articles dans le BIC traitent de la problématique, et cela dans un but d’éducation ;

– au niveau de la location des salles, le contrat de location de celles-ci stipule que les déchets doivent être triés ;

– au niveau de la prévention, des panneaux « Respectons la nature » vont bientôt être installés aux alentours des sites touristiques de notre commune ;

– au niveau de l’enseignement communal (et des autres j’imagine), l’accent est mis depuis longtemps sur l’environnement et les déchets ; le thème centralisateur de l’année scolaire 2009-2010 était d’ailleurs « le respect de l’environnement» ;

– dans le même esprit, depuis plusieurs années, un « responsable  Kyoto » est désigné dans les classes primaires de nos écoles primaires.  Ce « responsable Kyoto » est chargé de vérifier la fermeture des vannes des radiateurs en fin de journée ainsi que de contrôler la présence de déchets dans la cour de récréation.

Au vue de ces exemples, et j’en oublie sans aucun doute, nous pensons que notre commune mène au jour le jour, une réelle action de sensibilisation dans ce domaine. 

Elle est par ailleurs aidée, le mot est faible, par le BEP environnement qui a un rôle prépondérant au niveau de la problématique de la gestion des déchets sur notre commune.  Pour rappel, le BEP environnement travaille régulièrement la prévention et l’éducation citoyenne au travers de toutes-boîtes distribués plusieurs fois l’an et cela en collaboration avec Fost+.

Et notre commune faut-il le rappeler, est également aidée dans cette problématique du respect de la propreté publique par notre police de proximité.

Pour en revenir à cet appel à projet qui est par ailleurs porté, non pas en direct par la Région Walllonne mais par la société Trame qui est donc étrangement mandatée par le Ministre Henry au travers d’un site internet externe à celui de la Région wallonne, cet appel à projet qui vise prioritairement :

–          Les alentours des écoles et des gares

–          Les quartiers et rue commerçantes

–          Les stations services

–          Etc…,

ne nous a pas semblé adapté (ce n’est pas une critique) ni adaptable à une petite commune rurale comme la nôtre.

D’autant plus, qu’au final, il est clair qu’une toute grosse partie de la « production » de déchets le long de nos voiries est le fait de personnes ayant un problème évident d’alcool qu’aucune campagne de sensibilisation sur le respect de la propreté publique ne résoudra malheureusement jamais, et que de plus, les frais liés aux opérations de nettoyage et de ramassage sont exclus de l’appel à projet.

Nous pensons donc que cet appel à projet pourra être mieux appliqué dans des communes de taille plus importante et donc par là, confrontées de manière plus grande à ce problème d’atteinte à la propreté de l’espace public.

Et ce en tous cas dans la forme actuelle de ce premier appel à projet « Propreté publique et déchets sauvages ».

Maintenant qu’en sera-t-il des éventuels appels à projets 2013, 2014, etc…  Peut-être se prêteront-ils mieux à ce qui peut est mis en place de manière efficace et non redondante dans notre commune. »