Réouverture du Ciné-Gedinne – Vendredi 16 décembre 2011

Discours du bourgmestre à l’occasion de la signature de la Charte de Partenariat Gedinne-Province de Namur dans le cadre du grand week-end de réouverture du Ciné-Gedinne qui aura vu pas loin de 500 entrées pour la demi-douzaine de séances programmées du vendredi soir au dimanche fin de journée.

 

« Mesdames et Messieurs,
A l’image de nos cours d’eau communaux ce soir, la vie communale n’est pas toujours un long fleuve tranquille et les vicissitudes du métier de bourgmestre sont multiples et variées.  Mais malgré celles-ci, ce métier de bourgmestre, ou plutôt cet apostolat est d’une richesse hors du commun, entre autre grâce à des moments forts et festifs (et peut-être tantôt « fort festifs »)  comme celui que nous nous apprêtons à vivre ensemble ce soir.
Regardez autour de vous.  Cette salle de réception  du Cinéma est méconnaissable tant la Province l’a transformée jusque dans les moindres recoins pour en faire une vitrine la plus complète possible des nombreux domaines dans lesquels elle est active pour aider, seconder et épauler toutes les communes de la Province et donc bien sûr entre autres la nôtre.  Vraiment félicitations pour ce travail.
Cette importante présence provinciale en terres gedinnoises ce week-end, présence relayée par de nombreux médias donne par la même occasion une aura extraordinaire au redémarrage du CinéGedinne, un des autres événements majeurs de cette semaine gedinnoise qui aura vu mardi la Princesse Mathilde (et M. le Gouverneur) nous rendre aimablement visite.
En fait, l’organisation conjointe de l’événement de ce week-end est une vraie démonstration de ce que doit être cette coopération Commune-Province, chacune des deux entités tirant profit de la présence et du travail de l’autre.
Tantôt, j’ai reçu un sms bien amical de Jacky Mathy qui se félicitait en sa qualité de député provincial du chemin parcouru depuis nos premiers contacts.
Et il a raison, il a mille fois raison.  Car il me semble en effet que la Province a gagné en l’espace de quelques années, énormément en termes de visibilité dans nos petites communes.  Le travail de longue haleine que vous avez entrepris, Mesdames et Messieurs les représentants provinciaux, chacun en vos grades et qualités,  porte aujourd’hui pleinement ses fruits et dans le cas qui nous occupe ce soir, je pense un bien joli fruit que vous pourrez tous découvrir dans quelques  minutes pour la projection d’un court-métrage et de ce film hors du commun «Intouchables ».
En fait, un film hors du commun pour un événement hors du commun et pour une salle de cinéma elle aussi vraiment hors du commun.
La signature de cette charte entre notre commune et notre Province est donc le point d’orgue d’un grand chantier entrepris par la Province depuis 3 ou 4 ans mais aussi un nouveau point de départ d’une coopération Commune-Province que nous avons en devoir d’amplifier pour le bien de toutes et tous.
La Province est en effet présente, Mesdames et Messieurs, en de nombreux domaines de la vie et de la gestion communale.  Ces derniers temps, outre le fréquent et je dirais habituel travail de rédaction de cahiers des charges par le STP et par l’Inasep, outre le passage régulier du Bibliobus, outre la gestion au quotidien de nos déchets ménagers par le BEP, la Province aura été présente dans notre commune par exemple il y a quelques jours pour le curage de la Houille et de la Houillette en amont du Petit Pont.  Idem, elle aura été présente vendredi dernier dans nos bâtiments administratifs pour une très intéressante réunion des présidents de CCA qui aura vu la présentation d’un futur ouvrage de référence à l’attention des responsables de l’Accueil Temps-libre, ouvrage de référence fruit de 2 à 3 années de travail de réflexion et d’analyse supervisé par la Province.  Idem encore, la Province s’investit actuellement dans l’édition d’un numéro hors série de la revue du CEHG, numéro hors série qui sera entièrement consacré aux lieux de mémoire existant dans notre commune.  Et idem encore et toujours, il y a quelques mois, via l’organisation par notre Conseil Culturel d’une animation littéraire sur proposition (gratuite !) de la Province.  Animation littéraire que j’ai malheureusement ratée vu que je participais au même moment à une de ces nombreuses réunions de Bourgmestres présidée par M. le Gouverneur dans le cadre de la réforme de nos services d’incendie, autre domaine où la Province est un relais privilégié entre le Fédéral et les Communes. 
Vous pouvez le constater Mesdames et Messieurs, la liste est longue des domaines dans lesquels une coopération Commune-Province est effective.
Et c’est donc dans le cadre de ces domaines que la Province nous a lancé il y a quelques mois un appel à projet de coopération liant les aspects culturels, sociaux, touristiques, économiques et de développement durable.
Le chantier du cinéma lancé quelques mois auparavant était la réponse idéale à cet appel à projet.
En effet, le redémarrage du Cinégedinne après 2 ans d’arrêt, est un projet multi-facettes.  S’il n’est pas du tout nécessaire d’expliquer le côté culturel du  8ème art, les aspects sociaux et touristiques de ce projet sont tout aussi évidents.  Côté développement durable, notion de plus en plus en vogue, il est clair que l’ours blanc sur sa banquise n’aura pas trop à souffrir du déplacement d’un gedinnois vers la salle du CinéGedinne, déplacement même possible si le temps le permet tant à pied qu’en vélo (et pourquoi pas grâce au Minibus du Bonheur pour en revenir à l’aspect social du projet).  Et quant à l’aspect économique de cette grande aventure dans laquelle vont se relancer dès ce soir les bénévoles de l’asbl cinéGedinne, et je peux vous assurer qu’ils sont tous dans leurs petits souliers à l’instant où je vous parle, je tiens à remercier la Province pour l’aide en monnaie sonnante et trébuchante qu’elle va apporter pour l’engagement d’un mi-temps au sein de cette asbl qui a à cœur de dynamiser notre commune via cette activité qui ne peut qu’être économiquement favorable au développement économique de notre commune.  On parle d’ailleurs déjà de la future ouverture d’un Quick Gb en bas de la rue de la Croisette.  Lol, c’et pour rire, c’n’est pas vrai.
En fait, le seul bémol à la jolie fête de ce soir, c’est qu’en grand enfant qui ne veut pas grandir que je suis, j’aurais aimé voir le si beau film « Finding Neverland » en ouverture, ou plutôt en réouverture du CinéGedinne.  Mais, je me console, « Intouchables » est ce qu’on peut appeler un Grand film, un grand film avec un G majuscule, un film dont en effet, on sort grandi…
Voilà, j’en termine avec ma petite bafouille mayorale.  Mais avant de rendre le micro, je voudrais que nous ayons tous une pensée reconnaissante pour tous ceux qui auront œuvré dans le cadre de l’activité cinéma à Gedinne et qui en définitive auront permis d’en arriver au résultat de ce jour.  Pour mémoire, l’histoire du cinéma en terres gedinnoises aura commencé dans les années 20, 1920 s’entend, grâce au petit « Pathe Baby » de Madame  Labouverie.  Et donc, quasi 90 ans plus tard, le Cinéma à Gedinne, c’est toujours d’actualité. 
Mesdames et Messieurs, merci pour votre attention. »