Routes départementales françaises ni déneigées ni salées !! (courrier du Bourgmestre)


Routes non dénéigées ni saléesMonsieur le Gouverneur,

Copie au Commandant Bodart, DINAPHI, à Mme Demanet, future présidente de la zone DINAPHI, aux bourgmestres de la zone DINAPHI

Comme vous pouvez le constater sur la photo jointe à la présente, dernièrement des panneaux ont été installés le long des routes départementales D7 et D13 qui relient respectivement, sur la partie française du tronçon, les villages de Willerzie (Commune de Gedinne) et de Hargnies (France) et les villages de Louette Saint-Pierre (Commune de Gedinne) et de Linchamps (France).

Ces panneaux préviennent les utilisateurs que ces départementales  ne seront ni déneigées, ni salées !

A noter que ces deux départementales sont les seules qui permettent de relier le territoire français au départ de notre commune de Gedinne.

En bref, cela veut dire qu’en période hivernale, notre commune se retrouvera sinon « bloquée » côté français, pour le moins très régulièrement confrontée à des voiries correctement déneigées (par les services du MET – Ndlr) côté Gedinne et subitement côté français , non déneigées, et plus grave et plus « piégeux » encore : non salées !

Or, de nombreux habitants de ma commune empruntent quotidiennement ces voiries pour partir travailler en France ; et inversement, de nombreux habitants des communes françaises voisines utilisent ces voiries pour venir travailler (ou faire leurs courses) en Belgique.

De plus, vous n’êtes pas sans savoir que le SMUR de Fumay est régulièrement appelé pour intervenir sur le sud de la zone DINAPHI ; et tout particulièrement sur notre commune. Quid du délai d’intervention, et même des possibilités d’intervention du SMUR de Fumay en période hivernale lors que le plus court trajet pour atteindre notre commune au départ de Fumay est la D7 qui traverse Hargnies ?!

Vous comprendrez qu’en ma qualité de bourgmestre de la commune de Gedinne et par là, responsable de la sécurité des habitants de celle-ci, je ne peux qu’être « effrayé » par les conséquences éventuelles de cette décision française unilatérale… Unilatérale je suppose ( ?), car j’ose espérer que les autorités belges, si elles ont été questionnées à ce sujet, n’ont pas donné leur aval à ce que je pense être une grave et dangereuse décision de la part des gestionnaires du réseau routier français.

Avant de conclure, j’imagine que d’autres villages frontaliers vont se retrouver confronter aux mêmes problèmes de mobilité.

Dans l’attente de vos commentaires et en espérant que vous pourrez intervenir de manière efficace auprès des autorités françaises pour annuler cette disposition hivernale.